( :: ) Ma boîte à boutons ( :: )

Ouvrir et vider sa boîte à boutons, c’est suivre un fil invisible qui en se dévidant raconte des histoires de vie.

Ma mère raconte volontiers cette histoire : lorsque j’étais petite et qu’elle devait s’absenter pour aller en courses, il lui suffisait de m’asseoir sur une couverture au sol avec sa boîte à boutons. Elle partait tranquille, sûre de me retrouver dans la même position à son retour, manipulant avec plaisir et curiosité ces petits « joujoux ». Plus tard, j’apprendrais à ne pas boutonner dimanche avec lundi…

Ma fascination pour l’objet n’a aujourd’hui en rien diminué, il suffit de vider mes boîtes à boutons – car bien sûr, je n’en n’ai pas qu’une. Il y a la boîte des gros costauds, celle des petits fragiles et délicats, celle des préférés qui ont « servi » déjà plusieurs générations de boutonnières de la famille. Certains boutons luxueux sont marqués d’un « sigle » parfois prestigieux. Ils sont des reliques de mon passé professionnel de styliste, qui explique le nombre de boutons isolés et dépareillés. Je devrais les réformer – mais un bouton, c’est attachant.

Plus encore que d’autres objets, les boutons sont chargés d’une marque de vie. Mes boîtes à boutons sont aussi des boîtes à mémoire. Tel bouton a orné un gilet rose de ma fille quand elle avait deux ans, j’y avais aussi cousu un petit galon gris…  Certains boutons recouverts de tissu assorti au vêtement – plus encore que les autres, il faut toujours en avoir de réserve en cas de perte – sont un véritable répertoire de mes créations des années 1990, quand j’avais un atelier à disposition. D’autres sont des héritages, récupérés après la mort d’êtres chers. Je les connais et les reconnais tous, je pourrais raconter l’histoire de chacun.

Ouvrir et vider sa boîte à boutons, c’est suivre un fil invisible qui en se dévidant raconte des histoires de vie. Ne dit-on pas que « se déboutonner », c’est parler librement, sans réserve ?

J’ai choisi le bouton comme prétexte à la conversation.

Aujourd’hui, en plus des boutons, me voici à glaner vos Déboutonnages

perluete-blog-histoire-de-boutons